N'oubliez pas de voter toutes les 2h pour les top-sites c:
Envis de proposer une rumeur ? Envoyez un MP à un administrateur !
Bienvenue sur Element's Keys !
Nous recherchons activement des Aërs ! Ceux-ci sont en sous-population !

Partagez | 
 

 Reflet Dansant : "Tant qu'il y a du rhum..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage






Messages : 7
avatar

Eau

MessageSujet: Reflet Dansant : "Tant qu'il y a du rhum..."   Mar 10 Mai - 18:30

Reflet Dansant : "Tant qu'il y a du rhum..."



         Première nuit en loup de mer solitaire

   Mon domaine en ruine, je venais de récupérer les outils qui me permettraient de reconstruire mon futur. C'est avec une détermination inextinguible que je décidais de renaître de mes cendres, avec la flamme du phœnix dans le regard ! Debout ! La pêche sera rude, et l'eau n'est plus aussi calme devant moi que derrière ! Il va me falloir naviguer au travers de tempête, car mon gibier est de mon passé et de mon futur. Demain je chasserais
le Leviathan ! Et sur son cadavre je trouverais mon identité réelle.
   Il faisait presque nuit, le soleil venait de se cacher derrière l'horizon, il venait de sombrer dans l'océan avec mon village. Il fallait que je fasse le point sur la situation, je devais me préparer...Je décrocha ma voile, la plia ainsi que mon mât et mire le tout sur un côté, bien à l'abri. "Qu'est-ce que j'ai ? Arme, canne à pêche, filet, six harpons, trois litres d'eau, cartes, compas, silex, huile, torche et pour finir un bocal de gâteaux secs". Je me surpris à parler seul... Je redressa ma tête et... personne... Un sentiment de tristesse intense venu étouffer ma fougue, je me senti tellement vide et seul. La gorge serré, nostalgique je ne me sentais plus capable d'observer la vaste étendue de la surface de l'océan si calme, comme figé dans le temps. Je profitais des dernières lumières pour terminer mon briefing.
   Mais je senti mon regard attiré vers l'autre extrémité de mon embarcation, et en regardant au-dessus de mon épaule, mon coffret me rappela. Emporté par une vague d'émotions, je me décida à regarder à nouveau ce coffret qui contenait des souvenirs du village. Ça y est, la tristesse venait de m'emplir, elle me possédait, je n'étais plus que tristesse, et pourtant j'étais si vide ! Je ramassa l'échantillon de ma collections de coquillages et colifichets en tout genre. D'un mouvement plein de rage accompagné d'un cri profond, je les jeta au large. A ce moment, je remarqua qu'il faisait nuit, je ne l'avait même pas remarqué, et sans pouvoir les voir, les scintillants petits objets tombèrent à l'eau. "Ploc, ploc, ploc... Mes amis, par le fond m'ont quitté, et je n'ai pas pu les rattraper". La rage me quitta pour laisser place à la même tristesse que précédemment. Affalé sur ma barque, je plongeais mes doigts dans l'eau. Je fermais les yeux, et je ne vis pas les lueurs qui s'échappait des environs. Mais j'avais chaud, ça faisait du bien. Soudain quelque chose me caressa les doigts. "Un poisson !". Je le saisit à pleine main, mais ma surprise fut grande quand en ouvrant mon poing, c'était mes coquillages qui s'y trouvaient. La Lune et les étoiles étaient désormais assez brillantes et mes yeux assez adaptés pour que je perçoive les alentours. La Lune était à son paroxysme et son reflet entourait mon bateau de fortune. C'était magnifique. C'est cette fois paisible que je m'allongea, il fallait que je dorme.



         Le berceau et la cage

   Le réveil ne fut pas des plus agréables : Dans mon sommeil, j'étais si serein. Mais la première goutte d'eau me tira hors de ce havre de paix, la seconde me fit me réveiller en sursaut, et les suivantes me frappèrent comme si elles voulaient me faire souffrir. Il me fallait vite me sortir de cette situation, car une mer agitée n'est pas à prendre à la légère, car elle peut être précurseur de tempête. Je me dressa sur mes jambes comme si se relever était une course, et je scruta la brume à la recherche d'une île où faire escale. Par chance, au loin il me semblait observer ce qui ressemblait à des récifs.
   J'installa mes rames, et sans perdre de temps, me mit à ramer. La pluie était lourde, trempé, je peinais à garder les yeux ouverts. Lorsque je fut assez proche, je ralentis pour observer ce que j'avais pris pour des récifs, mais qui en fait était un temple. "Serait-ce ?", je ne m'imaginais que ça, serait-ce le temple dont m'a parlé *le père de Saphira* ? Je ne put m'extirper cette idée par moi-même, j'étais ailleurs, mais lorsque ma rame percuta quelque chose je sursauta et tourna mon regard vers cette obstacle. C'était une statue, sous l'eau, plus aucun doute, ce temple était celui où j'ai été trouvé enfant. Ces statues faisaient une haie d'honneur menant à une entrée, c'était comme si les statues m’accueillaient. Une fois sur la rive, je tira mon embarcation de manière à ce qu'elle ne prenne pas le large sans moi. La porte était ouverte, sur le palier, à l'abri du torrent qui se déchaînait, je senti ce même vent glacial que les villageois avaient senti. En effet ce n'était pas des plus rassurant, mais cela me fit rire, par nostalgie des contes du chef.
   J'essaya d'observer l'intérieur de cette première salle, mais il faisait très sombre. Il me venu l'idée d'utiliser une roche luisait accrochée au mur. La clarté qu'elle émettait m’épatât, mais elle révéla un nouvel obstacle : Le temple était bien plus inondé qu'il ne l'était dans les contes du village ! J'enleva mes bottes, retroussa mon pantalon, et retira mon haut, et accrocha fermement mon couteau à ma ceinture, il fallait plonger pour m'aventurer davantage dans ce temple. L'eau était glaciale, mais je savais que je pouvais élucider certains mystères si je fouillais ces lieux. Je ne tiendrais pas éternellement en apnée, mais la roche pourrait me guider. Je plongea et la partie submergée de la pièce se révéla à moi, ou plutôt des pièces ! Le sol avait dû s'effondrer, ce qui avait fait de la pièce une seule avec celle du dessous. Quelque chose d'immense s'était échappé d'ici. "C'était ici que tu dormais ? Tu t'es échappé de ta cage... Tu es un fléau que l'on n'a su garder à l'écart de ce qui a été construit...". Une migraine terrible me prit soudainement, comme si les lieux entraient en conflit avec mon esprit. Je repris mon souffle en espérant que ça passe, et à nouveau je plongea.
   Je me mis à observer les fresques murales. Des dessins y étaient représentés, après plusieurs aller-retours avec la surface, et plusieurs nettoyage de la roche avec mon couteau, j'ai pu en conclure du message qu'elles partageaient. D'après moi, le Leviathan avait été emprisonné en ces lieux, et c'est en pénétrant ici que les villageois l'ont libéré. Ce fléau est porteur de chaos, il cherchera toute création et le détruira. Mon village n'était donc qu'une mise en bouche, il pourrait finir par trouver d'autres villages, tels que Aquaeïa ! Il devait être stoppé, et cela tombe bien, car ce prédateur était ma proie. Beaucoup de passages étaient illisibles car endommagés ou non imagés et dans une langue étrangère.
Une dernière chose m’intriguait, il fallait que j'aille dans la salle de mon berceau. Je finis par la trouver, cette salle n'avait pas été inondée et je dû sortir de l'eau pour entrer dans cette pièce qui n'était pas droite, une partie du temple avait dû flancher. La migraine repris de plus belle, et je cru percevoir une ombre se tenant devant entre la stèle et moi. Tout tremblait, mes oreilles sifflaient, ma tête me faisait cruellement mal ! Je la sentais ! Il y avait une présence ! Elle me regardait, je le sais ! Et vu l'aura qu'elle dégageait, elle était puissante et néfaste ! J'étais en danger il fallait agir ! Je me jeta sur l'ombre mon couteau à la main et tenta une attaque. Je senti mon couteau trancher quelque chose, mais je ne fis que traverser l'ombre qui disparut. La douleur me quitta tandis que je me releva, mon corps était tellement lourd que je n'avais pu le retenir de tomber. En me relevant je remarqua que l'artefact dans ma poitrine était comme entré en résonance, et émettait désormais une douce lumière qui s'estompa finalement, et je regarda donc la stèle qui était mon berceau.
Je fut pétrifié, un livre était disposé sur la stèle, ce qui veut dire que quelqu'un est venu suite au départ des villageois ! Je me dirigea vers ce livre très imposant, et je remarqua la serrure, il était scellé. Mais il pouvait détenir des informations, alors je l'emballa et le pris avec moi. Sous ce dernier il y avait une carte, "Je m'y pencherai plus tard" me dis-je, "J'ai eu ma dose d'émotions, c'est flippant, j'ai vu ce que je voulais voir". Avant de partir je pris une des pierres au dessus de la stèle, elles étaient bien plus lumineuse que celle dont je me servait, elle pourrait toujours m'être utile.
Je quitta le temple, et le Soleil était visible, il faisait chaud, assez pour que mes affaires dans la barque aient séchés. Je senti les rayons me caresser le visage, et l'eau écarlate montra ce qui cachait sous la surface, l'architecture du temple et les statues étaient resplendissantes, les poissons étaient d'un genre qu'il n'avait que rarement observé. Les rayons filtrés par la surface, créaient des reflets, et ces reflets dansaient. "Les reflets dansent", m'émerveillais-je en comprenant toute l'étendue de mon nom. Sous ce nouveau jour, je connais mon cap, et en dressant la voile je me mit à chanter des chants de mon village.



         Recruter un équipage

   Arrivé à Aqueïa, je me mis en quête d'équipement, d'un navire, et d'un équipage. Mais repartant de zéro, il m'a fallu trouver un travail. Entre les construction de bateau, les pêches difficiles, et quelques travaux en temps que mercenaire, je finis par récolter les fonds nécessaire à quelques voyage inter-dimensionnels. L'équipage que je souhaitais constituer requierait des affinités élémentaires de tout les genres. Mon premier objectif est un membre doué avec les vents, pour optimiser la vitesse du navire et avoir un bon contrôle. Je vais donc m'y rendre, et il va me falloir jouer des renseignements pour pouvoir trouver quelqu'un d'intéressant. Aller, c'est parti !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Reflet Dansant : "Tant qu'il y a du rhum..."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le reflet du passé [Terminé]
» PC peu compétant ...
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» Attention faire pipi en étant ivre pour être mortel...
» Fiche technique et news de Le reflet des Ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Element's Keys RPG :: La Taverne :: La Bibliothèque Inter-Dimensionnelle-
Sauter vers: